Archives du mot-clé Bugey

Fondus de Kayak 2020

Dimanche 16 Février 2020,

9h35 – Rampe d’embarquement en aval du barrage de Motz.

GOPR6582
Rampe d’embarquement en aval du barrage de Motz

Cinq petites minutes de retard sur notre timing initial, mais qui ne perturberont en rien la magie de cette superbe journée.

Je lève les yeux au ciel avec un sentiment de méfiance quant à la météo annoncée. Elle prend un malin plaisir à flirter entre nuages quelques peu menaçants, et un soleil qui tente de toutes ses forces à se faire une place au travers de ces mêmes nuages afin de régner en maître pour ces prochaines heures.

Sept kayakistes dont je fais partie s’apprêtent à glisser sur les eaux timides d’un Rhône encore endormi. Les vannes du barrage de Motz resteront fermées, ne laissant écouler que le débit réservé minimum. Insuffisant à mes yeux pour nous permettre d’aller nous faufiler dans les méandres du vieux Rhône et caresser l’espoir d’aller chercher cette quiétude tant convoitée.

Fort heureusement, l’objectif et l’attraction principale de cette journée se trouvent ailleurs…

Nous nous apprêtons à revivre la magie conviviale de l’événement :

« Fondus de kayak »

Ce nom vous est encore inconnu ?

Je vous invite sans plus attendre à rattraper votre retard en lisant le compte rendu d’un des plus gros événements réalisés en 2017 ci-dessous :

https://kayakrhonelacs.com/2017/11/18/fondus-de-kayak/

C’est en ce Samedi 18 Janvier 2020 que la genèse de cette nouvelle édition à commencé.

Rendez vous avec Yannick VERICEL (Randovive) à son QG situé à Meyzieu pour récupérer du matos.
On en profite pour boire un verre et refaire le monde autour du kayak.
Malheureusement, le temps nous manque cruellement pour poursuivre ces échanges passionnants, et chacun doit vaquer à son agenda respectif.

Juste avant de me retourner face à mon véhicule il m’interpelle une dernière fois :

– « J’ai quelques week-ends de dispo en Février. Voudrais tu organiser à nouveau une sortie kayak avec une bonne fondue à la clé ? »

Mon emploi du temps surchargé me laisse dubitatif et émettre quelques doutes quant à l’organisation d’une sortie de cette ampleur. Mais ces mêmes secondes à peine écoulées, se dilueront instantanément devant un enthousiasme que je sens renaître en moi tel un phœnix émergeant à nouveau de ses cendres.

Rapidement une date est trouvée et sans plus attendre, je me hâte à ouvrir un groupe de discussion sur FaceBook Messenger afin de réunir les futurs protagonistes qui prendront part à cette édition 2020.

Malgré la réputation nauséabonde que l’on peut se faire des réseaux sociaux, je reste persuadé que cet outil utilisé à bon escient peut s’avérer être un fil conducteur puissant capable de nous rallier les uns aux autres autour de notre passion commune : Le Kayak

Au final, pas moins de 18 kayakistes inscrits, avec comme nouveauté cette année, le mélange des nationalités Belges, Françaises et Suisses.

Pour ces derniers, Coralie & Yves, rencontrés lors de l’événement Rhôn’O’Lac en Septembre 2019, nous proposerons de partager à leur côtés leur fondue préparée selon la plus pure tradition Suisse.

© Randovive
Coralie & Yves – © Randovive

Autre nouveauté également, l’événement attire désormais les plus jeunes : Thomas & Grégoire âgés de 11 & 12 ans.

35-p2160107_dxo-viv_49552356337_o
Thomas & Grégoire – ©JP Lesage

Traditionnellement, nous avions pour coutume d’aller naviguer sur un Lac (Bourget, Annecy). J’ai, pour cette 4ème édition, décidé d’ajouter quelques kilomètres supplémentaires sur le Rhône.

Le projet est de partir de Motz,

  • Descendre le fleuve jusqu’à Chanaz,
  • Remonter le canal de Savière en direction du Lac du Bourget
  • Parcourir ce dernier sur environ 6 km en direction de la grotte de Raphaël, lieu incontournable pour déguster la fondue tant convoitée.

Afin que cet événement soit accessible à tous, une partie du groupe aura la possibilité de prendre le train en route à Portout.

Il me faudra jongler avec une logistique optimisée de façon à privilégier ceux qui viennent de loin afin qu’ils puissent prendre la route rapidement pour le retour.

Un vrai casse tête sur le papier, mais je prends un réel plaisir à mettre toute cette organisation sur pieds. Quelques petits aléas m’incite à revoir quelques détails, mais dans l’ensemble, tout devrait pouvoir fonctionner à merveille le jour « J ».

Les quelques jours et les quelques heures précédant l’événement, je reste toujours aux aguets avec une vigilance absolue, redoutant un revirement brutal de situation (absence d’un des membres, etc..) nécessitant une remise en question complète de la logistique initiale. Bref, la métaphore du grain de sable dans une mécanique complexe.
Fort heureusement, les quelques imprévus de dernières minutes ne perturberont en rien tout ce que j’ai mis tant de temps à bâtir.

9h35

Les premiers kayaks quittent la rampe de Motz. Leurs poupes raclent légèrement la surface bétonnée de cette même rampe pour caresser et rejoindre les eaux du Rhône.

GOPR6585
Dirk au départ

Je pose un regard complice envers mon ami Rikou partageant avec lui depuis plusieurs années maintenant cette passion commune pour ce fleuve.

Une passion qu’il me tarde de transmettre à mes nouveaux compagnons, Fred, Coralie et Yves, qui n’ont jamais navigué en ces lieux.

GOPR6592
Fred & Rikou

Il nous faudra être vigilants par rapport à la hauteur d’eau qui se mesure à certains endroits en centimètres, afin de préserver au mieux les coques de nos kayaks.

La montre jouant un peu contre nous, nous la consultons régulièrement afin de ne pas trop faire attendre l’autre partie du groupe qui nous rejoindra à Portout aux alentours de 12h30.

Je garde un oeil vigilant sur la météo. En effet, la tempête « Dennis » traverse actuellement le pays sur sa partie Nord Nord/Ouest avec des vents avoisinant les 130 km/h.

De part notre position géographique et notre localisation beaucoup plus protégée, des vents nettement plus atténués sont annoncés pour cette fin de matinée avec des rafales pouvant atteindre malgré tout les 30 km/h.

Nous essuyons d’ailleurs quelques prémices de ces mêmes rafales sur le Rhône, qui arrivent parfois à nous faire légèrement dériver.

Malgré tout, je prends un plaisir certain à retrouver mes marques en ces lieux. En effet, les dernières sorties en rivière effectuées sur le Séran, m’avaient éloigné provisoirement de ma pratique initiale. Je retrouve avec joie les sensations et la vitesse du kayak de mer, porté par les eaux de mon compagnon de toujours.

Rapidement nous rejoignons Culoz, et subitement, les quelques rafales qui nous provoquaient sans cesse en ce milieu de matinée s’effacent brutalement. J’en suis le premier surpris. En temps normal, la traversée de Culoz sous les vents devient particulièrement difficile, ces derniers se renforçant souvent dans cette zone.

GOPR6605
Cap sur le Pont de La Loi reliant Culoz à la Savoie

A mesure de notre progression, le cercle de feu prend de l’ampleur, dépassant les quelques nuages rebroussant chemin, ne pouvant résister devant ses rayons conquérants. Ils transpercent lentement, mais surement cette masse blanche qui se disloque à notre arrivée à Chanaz.

GOPR6608
Yves dans l’une des rares lônes qu’on aura pu visiter en aval de Culoz

Nos combinaisons sèches nous protégeant du froid et de l’hypothermie représentent désormais un fardeau lourd à porter sous ces quelques degrés supplémentaires gagnés en quelques minutes.

Comme le fardeau cité quelques mots en arrière, il nous faudra porter également nos embarcations pour franchir la digue séparant le Rhône du Canal de Savière.

GOPR6612
Fred & Guillaume acheminant un kayak du Rhône au Canal de Savière

La vue sur le Grand Colombier dominant cette partie du fleuve est toujours aussi agréable à contempler. Ce géant du Bugey trône comme un roi faisant face à la Savoie.

GOPR6611
Coralie & Yves sur le Rhône avec en arrière plan le Grand Colombier

Le temps presse et sans plus attendre, nous prenons la direction de Chanaz que nous traverserons en l’espace de quelques petites minutes pour continuer avec frénésie notre ascension du canal pour rejoindre le reste du groupe à Portout.

GOPR6617
Dirk sur le point de Franchir le Pont vénitien de Chanaz

Rive droite, nous apercevons l’Auberge de Portout et son ponton aménagé spécialement pour les plaisanciers désireux de faire une pause repas sur le canal.

A ce même ponton, embarque la deuxième partie du groupe. Du moins ce qu’il en reste. Ne nous voyant pas arriver, les premiers protagonistes de Portout auront préféré rejoindre directement la grotte et ainsi gagner un temps précieux sur la préparation du feu.

GOPR6621
Corinne, Fred, Dirk, Rikou et Ludo sous le pont de Portout

Nous faisons une petite halte pour récupérer les vivres laissées au préalable le matin sur le parking de Portout dans les voitures de la logistique retour. En effet, il nous était inutile de s’encombrer d’un poids supplémentaire le matin même lors de notre descente du Rhône.

Plus que quelques centaines de mètres avant de rejoindre l’embouchure du canal et apercevoir cette vue panoramique incroyable que nous offre le Nord du lac du Bourget. Tout au loin de cette étendue d’eau propre au plus grand lac naturel de France, se dresse majestueusement le massif de Belledonne. Ses sommets enneigés avec générosité nous renvoient la pureté d’une lumière dynamique, générée par un soleil qui désormais, imposera pour le reste de la journée sa grandeur et sa toute puissance.

GOPR6626
Coralie, Yves et le reste du groupe à l’embouchure du canal de Savière avec vue sur le Lac

La surface du lac présente de légères ondulations, qui ne gêneront en rien notre progression jusqu’à notre destination finale. Le vent a complètement disparu. Les quelques rafales agressives du matin se métamorphoseront en petites brises légères nous caressant le visage avec un peu de fraîcheur, et nous aideront malgré elles à mieux supporter le poids de la chaleur à l’intérieur de nos combinaisons.

86610536_1667799393372261_5974608342654386176_o_tonemapped
Le Lac du Bourget avec vue sur le massif de Belledonne – © Randovive

Pas le temps d’apprécier davantage le paysage nous entourant. Les proues de nos kayaks s’alignent en direction du Château St Gilles reconnaissable à sa couleur rose, qui pourrait presque nous faire croire que nous prenons l’assaut de ce dernier afin de délivrer une pseudo princesse ressemblant à s’y méprendre aux plus gros clichés de la gent féminine des studios Disney.

Les pseudos princes charmants que nous sommes en ces lieux ne se sentent pas l’âme de réveiller la belle, mais plutôt de combler un vide énorme qui s’intensifie à mesure de nos coups de pagaies.

Si dans les contes de fée de notre enfance, les chevelures de ces dames de haut rang, sont pour la plupart de couleur dorée, reflétant le soleil à la manière d’un champ de blé, nous n’en retiendrons seulement que les quelques filaments parfumés d’Emmental mélangé à d’autres ingrédients tels que le Beaufort, le Vacherin et son cousin Suisse Fribourgeois, s’enroulant avec délice autour de ce morceau de pain légèrement rassis d’une croûte brunâtre craquelée suite à la pénétration vigoureuse d’un javelot en acier inoxydable. Ce même morceau de pain pompera de ces interstices le mélange d’un vin blanc chauffé dont les effluves mariées à l’odeur d’un ail raclé au préalable et noyé dans ce trio de fromage fondu cloquant sous l’effet de la chaleur.

Ces quelques pensées furtives qui ne font qu’alimenter notre faim, transmettront toute la motivation pour trouver l’énergie nécessaire afin d’arriver au plus vite à destination.

A la base du Château de St Gilles, la digue séparant son port privé nous indiquera une fois franchie, une masse sombre quelques centaines de mètres plus loin, épousant le lac.

86603439_1667799176705616_6962529345621458944_o_tonemapped
Vue sur l’Abbaye avec à droite, la pente rocheuse protégeant la grotte de Raphaël – © Randovive

A hauteur de cette même masse viendra se dessiner les contours de notre lieu d’accueil:

« La Grotte de Raphaël »

07-p2160018_dxo-gnd-viv_49552326762_o
La Grotte de Raphaël – ©JP Lesage

Nos kayaks s’échouent sur la plage de galets dont la surface sera recouverte au trois quarts par nos embarcations.

On s’extrait de nos hiloires et quelques uns d’entre nous retirent leurs combinaisons sèches à la manière d’un papillon sortant de sa chrysalide.

Le reste du groupe nous attend avec impatience. Derrière eux, le feu crépite de joie.

Les bouchons des trappes se déclipsent les uns après les autres, révélant à l’intérieur de chaque caisson divers accessoires et victuailles qu’il nous tarde d’extraire au plus vite.

86971941_1667801323372068_8823338065645797376_o_tonemapped
Les trappes ouvertes pour notre plus grand bonheur – © Randovive

Tout s’organise autour du feu à la manière de nos ancêtres lointains dépeçant leur gibier attrapé après des heures de chasse parfois au péril de leur vie.

Les quelques briquettes de jus de fruit sont quand à elles, réservées à l’âge juvénile.

Pour le reste, bière Belge, blanc, et une cuvée de Royal d’Hautecombe offerte généreusement par Yvan. Un apéritif bien fourni, agrémenté de saucisson, jambon cru, chorizo, et en bonus quelques boites de pâté maison confectionnées par la belle mère de notre ami Rikou. Un délice mélangé à une explosion de saveurs préparant notre palais à l’attraction clé tant attendue de cette journée.

13-p2160036_dxo-gnd-viv_49552096516_o
Yvan et sa cuvé de « Royal d’Hautecombe » – ©JP Lesage
86394482_1667800266705507_1248063946565353472_o_tonemapped
Une bonne tartine de pâté avant la suite!!! – © Randovive

Les réchauds se mettent en place. Les premières odeurs d’ail frotté sur les caquelons viennent chatouiller nos narines, libérant à l’intérieur de nous mêmes une quantité non négligeable de sérotonine qui viendra stimuler notre appétit.

Le clapotis du flot extrait du goulot de vin blanc viendra jouer les premières notes d’une musique culinaire qu’il nous tarde d’écouter. L’amorce étincelante viendra enflammer le sifflement silencieux du flux de gaz allumant ainsi les uns après les autres dans une vitesse quasi instantanée touts les interstices circulaires rangés en cercle autour du bruleur.

25-p2160075_dxo-viv_49552107956_o
Raphaëlle préparant la fondue – ©JP Lesage

Quelques minutes après, les premières effluves alcooliques, mélangées à l’ail émietté au fond du caquelon viendront amplifier d’avantage notre frénésie.

Les premiers morceaux finement coupés des ingrédients principaux tombent désormais à l’intérieur de cette bouillonnante musique qui cesse les premiers instants avant de reprendre de plus belle une fois le fromage dilué progressivement dans une danse rythmée par une spatule en bois énergique, aérant le mélange afin d’intégrer au mieux tous les éléments présents et obtenir cette osmose parfaite, parfumée et prête à déguster.

86871777_1667800373372163_5520317196351307776_o_tonemapped
La fondue enfin prête – © Randovive

Nous sommes trois volontaires à orchestrer cette symphonie, Raphaëlle, Yves et moi même, ajustant les derniers détails avec un soupçon de noix de Muscade et autres ingrédients propres à finaliser définitivement nos préparations. Entourés d’un auditoire dont les papilles gustatives s’emballent d’impatience et prêtes à en découdre.

 

28-p2160089_dxo-viv_49552352877_o
Yves & Yves préparant la fondue – ©JP Lesage

Seuls au fond de la grotte, imperméables à tout ce spectacle, Thomas et Grégoire s’essayent au « Fire Striker » sous l’oeil bienveillant de Yannick.

23-p2160070_dxo-gnd-viv_49552109801_o
Grégoire et Thomas suivant les instructions de Yannick – ©JP Lesage
86625246_1667800743372126_1825108492298485760_o_tonemapped
Et ça marche !!!!! – © Randovive

Un premier morceau de pain viendra s’immerger et s’imprégner du mélange finalisé. Je le mets en bouche avant de valider et déclarer la fondue prête à consommer.

Nous entrons tous en danse. Chacun navigant d’un caquelon à l’autre pour comparer, se délecter et apprécier comme il se doit chaque fondue.

Au final, les caquelons seront tous expédiés, certains d’entre nous usant même de leur pics pour racler le restant de fromage séché au fond par l’excédent de chaleur pour ne pas en perdre une miette.

27-p2160086_dxo-viv_49551618898_o
Affamés !!!! – ©JP Lesage

Yannick nous préparera un bon café à l’aide de sa fidèle cafetière italienne. Cette dernière chauffant progressivement sur l’un des réchauds. Les clapotis de l’eau avoisinant les 100°c métamorphoseront cette dernière en un état vaporeux qui viendra épouser le café moulu et ressortir au sommet du deuxième compartiment dans sa forme finale.

Rikou prendra rapidement le relais en dégainant sa bouteille d’eau de vie à la poire. La ration, bien que minime pour ce genre de breuvage, une fois absorbée, clôturera définitivement le repas.

S’ensuit alors au cours d’une digestion commune, des sujets de conversation diverses, pour la plupart orientés à notre pratique du kayak.

87068120_1667801560038711_2501290834662522880_o_tonemapped
La convivialité à son apogée!!! – © Randovive

Chaque protagoniste trouve naturellement sa place dans cette communauté improvisée. Personne n’est mis à l’écart. Néanmoins, je fais volontairement exception le temps de quelques minutes pour apprécier comme il se doit cet événement. Je m’assois furtivement près du feu, observant à distance cette convivialité, symbolisant à mes yeux la récompense de toute cette organisation qui, sans la proposition de Yannick en ce Samedi 18 Janvier dernier, n’aurait probablement pas vu le jour cette année.

38-p2160115_dxo-viv_49552364097_o
Photo de groupe!!! – ©JP Lesage

Le soleil amorce désormais son déclin. L’ombre qu’il projette depuis la grotte, se répand sur le lac. Il nous faut nous hâter et ranger rapidement nos affaires à l’intérieur des trappes étanches. Se remettre en selle et rejoindre l’embouchure du canal avant la nuit.

44-p2160123_dxo-gnd-viv_49552130076_o
Fred & le reste du groupe à l’embarquement pour le retour – ©JP Lesage

Avant de nous réfugier à l’intérieur du canal de Savière, je me retourne face à cette magnifique chaine de Belledonne, scintillant encore sous les derniers reflets lumineux.

Ce tableau de maître, que seule dame nature à la faculté de projeter sous les yeux de ceux qui veulent prendre le temps d’apprécier l’instant, symbolisera la fin de cette quatrième édition de « fondus de kayak ».

86374382_1667801136705420_4714528172811485184_o_tonemapped
Dernières lueurs sur le massif de Belledonne – © Randovive

Je tenais à remercier tout d’abord Yannick VERICEL de m’avoir sollicité pour organiser cet événement. De mon propre chef, je ne sais pas si j’aurai eu le courage de me lancer dans cette entreprise cette année.

Merci également à tous les protagonistes qui ont participé, ceux qui n’ont pas hésiter à bousculer leur agenda pour nous gratifier de leur présence! Ils se reconnaîtront à la lecture de ces lignes.

De nouvelles idées pour la prochaine édition commencent déjà à gamberger dans ma tête.

Hâte de vous retrouver l’année prochaine!!!!!

CORNETTO Yves

86601656_1667800006705533_6713493088666386432_o_tonemapped
© Randovive

« Photos » Les Rousses et le Petit Vouard

Les dernières pluies ayant rempli les marais, nous avons profité de cette occasion pour aller parcourir les Rousses depuis le pont de la D37 après Béon.
Au programme, remontée à contre courant de ce ruisseau pour ensuite emprunter un autre cours d’eau « Le Petit Vouard » et nous rendre ainsi par la voie des eaux jusqu’à Talissieu.

Le Furans

Le Furans,

Voilà maintenant plus d’un an que cette rivière me fait de l’oeil. Voisine du Séran, elle est beaucoup plus discrète et se laisse difficilement approcher.

En effet, le travail en amont pour repérer les abords de ce cours d’eau est délicat. Les berges du Furans sont pour la plupart privées. Il m’était donc difficile d’aborder certaines zones parfois clôturées, laissant aucune possibilité de s’approcher en voiture.

Rappel:

« Il coule entièrement dans le département de l’Ain, sur 29,4 km de longueur. Il naît au nord de la commune de La Burbanche, à proximité du lac des Hôpitaux et emprunte la direction du sud-est par la Cluse des Hôpitaux.

Le Furans baigne la ville de Belley, et se jette dans le Rhône , après avoir rencontré la dérivation de Belley, 15,1 km, sur la commune de Brens. »

Source: Wikipédia

En comparaison du Séran, son débit reste stable et régulier. Bien que son parcours total avoisine les 30km, il est préférable d’aborder le Furans en aval de la commune de Pugieu. Et pour cause, l’un de ses principaux affluents, « l’Arène » viendra renforcer significativement le débit mais également la hauteur d’eau afin d’assurer une navigation optimale sans avoir à racler constamment le fond de ce cours d’eau magnifique.

Mes amis Yannick VERICEL et Laurent NICOLET sont allés naviguer le 18 Novembre dernier avec un débit mesuré (à la station d’Arbignieu/Peyzieu) à 3,5m3/s. Je vous recommande d’ailleurs sans hésiter de vous rendre sur le site de Yannick « LyonUrbanKayak » à l’adresse suivante pour consulter leur topo:

http://www.lyonurbankayak.com/les-itineraires/topo-furans-pugieu-a-pont-de-peyzieu-15-km/

Les jours raccourcissant à vue d’oeil en cette fin d’année ne leur permettront pas de boucler leur parcours jusqu’à Brens, là où le Furans se jette dans le Rhône.

L’occasion pour moi de tenter ma chance et pourquoi pas, si les conditions le permettent (météo, créneaux horaires), de parachever leur oeuvre.

En parlant de conditions, les dernières pluies généreuses en cette fin de semaine viendront alimenter favorablement le débit afin que ce dernier flirte avec les 12m3/s.

Capture d’écran 2019-12-01 à 10.21.56

Un peu d’appréhension tout de même avec un tel débit, et de plus, n’ayant que partiellement repéré cette rivière, nous nous lançons malgré tout avec un ami à l’assaut du Furans en contrebas du pont de la D32A entre Pugieu et Chazey Bons.

Comme pour le Séran, on privilégiera nos kayaks Gumotex (Solar et Safari), qui seront à mes yeux parfaitement adaptés pour ce type de parcours.

Avant de prendre place avec nous à bord et au travers de ce récit, je vous inviterai à consulter régulièrement la carte associée et plus particulièrement les points kilométriques. Vous remarquerez tout de suite en zoomant dans la zone juste après le premier kilomètre, un panneau triangulaire jaune symbolisant une zone sensible, il nous faudra sortir rive gauche afin d’éviter un barrage particulièrement dangereux pour embarquer en contrebas sur la même rive. Ce sera « LE » point noir du parcours.

GOPR5858_tonemapped

barrage

Très vite, nous sommes saisis d’adrénaline à la lecture de cette rivière en amont de Chazey Bons. Ça bouge pas mal et c’est varié. Alternance entre petits seuils, quelques accélérations sur de petits dénivelés, et une couleur d’eau frôlant avec une transparence parfaite nous transportent avec délice et ce, sans aucun effort à fournir de notre part.

2019-11-30-001

Mais rapidement, à 2 km, nous voilà déjà face à notre premier embâcle. Nous sortons nos kayaks et sommes quittes pour un autre portage (le premier étant celui du barrage en aval du Km 1).

GOPR5865

Une fois à l’eau et quelques centaines de mètres après, se dessinent devant nos étraves les premières habitations de Chazey Bons, et curieusement, la traversée de cette commune depuis le Furans nous offre un angle de vue nouveau, agrémentant les lieux d’une beauté sans précédent. Nous sommes malheureusement rappelés à l’ordre face au monde réel à la vue de quelques berges privées ressemblant davantage à des dépotoirs pour ne pas dire des décharges sauvages, effaçant provisoirement de notre regard le côté idyllique de cette balade.

2019-11-30-002

La rivière commence à changer d’aspect au km 4. Elle devient beaucoup plus calme mais toujours aussi attrayante. Au kilomètre suivant, nous sommes comme happés par une mélodie aquatique synonyme de quelques seuils rugissants, nous invitant à les franchir et par la même occasion ajouter un peu plus de variété au parcours.

2019-11-30-003

Juste avant le Km 6, encore un autre embâcle qui nous obligera lui aussi à sortir pour porter.

Ce sera au Km 7 rive gauche, dans un champ baigné d’une luminosité généreuse reluisante au travers de quelques éclats de rosée, elles mêmes déposées sur un tapis herbeux d’un vert chlorophylle, que nous prenons la décision de faire une halte et ainsi savourer une petite pause casse croûte, profitant des derniers rayons du soleil juste avant que ce dernier ne décline pour se cacher timidement derrière un voile nuageux, annonçant malgré lui une météo capricieuse à venir.

GOPR5886

Les 3 kilomètres suivants ne nous offriront pas grand chose, au point même de nous lasser quelques fois. Même si la vue dégagée permet d’apercevoir le Grand Colombier au loin et son sommet partiellement enneigé, les champs agricoles jouxtant la rivière sont d’un ennui à mourrir.

Et pour ne pas arranger les choses, est ce la proximité avec l’imposante commune de Belley? Mais les quelques amas de branchages sur la rivière retiennent une quantité de déchets diverses alternant entre bouteilles en plastique, cubis de vin bas de gamme, mais également un nombre incalculable de ballons à l’effigie d’un des sports les plus populaires pratiqué par le plus grand nombre, gisant pitoyablement en ces lieux au point de rompre le charme de cette rivière. On tente malgré tout d’ajouter un peu de poésie et de joie à cette scène de désolation en s’improvisant le temps de quelques minutes une petite partie de kayak polo avec l’un de ses ballons échoué dans ces embâcles.

2019-11-30-006

Mais rapidement, une fois le Km 11 franchi, nous arrivons vers une propriété aménagée sur la rivière, domptant cette dernière au travers d’ouvrages diverses, barrages, etc…

Située sur la commune de Thoys, cette même propriété ainsi que les autres avoisinantes se gardent jalousement les abords du Furans. Et pour cause, le lieu est vraiment magique. Le ruisseau d’Armaille alimentant également notre terrain de jeu au travers de petits cours d’eau aménagés, nous offre une fois de plus une douce mélodie aquatique illustrée de courants généreux.

GOPR5909_tonemapped

GOPR5905

En aval du Km 12, encore un autre embâcle que nous franchirons directement sur le cours d’eau au prix d’un exercice d’équilibriste sur la branche principale traversant la rivière. Il nous faudra jouer les funambules sur cette même branche pour acheminer et déplacer en aval nos kayaks.

Une fois arrivés au Km 13, changement d’ambiance sonore. Les mélodies douces de dame nature laisseront place aux notes vrombissantes d’échappements propres à la départementale 992 reliant la commune de Belley à Lyon circulant à quelques mètres de nous.

Le pont de Peyzieu au Km 15 sonnera comme une étape cruciale du parcours. En effet, le topo rédigé avec passion de Yannick s’arrête justement à ce même pont. Nous pénétrons donc une fois ce denier franchi, dans une zone inconnue pour parcourir les 3 kilomètres restants.

2019-11-30-004

La nature reprend temporairement sa place, nous faisant comprendre que la fin du parcours approche inéluctablement.

Mais contre tout attente, le Furans qui semblait se calmer reprend un peu de tonus en aval du pont de Champtel, petit hameau de Brens. Un petit seuil juste après l’ouvrage pimentera ces derniers kilomètres, ou plutôt ces dernières centaines de mètres avec des courants généreux qui se stabiliseront au Km 18 juste avant le pont de Brens qui ce dernier, une fois franchi, nous dévoilera une vue et un panorama élargis sur le Rhône et les Gorges de la Balme.

2019-11-30-005

Le Rhône, de part sa puissance et sa grandeur symbolisera la fin de cette nouvelle aventure.

GOPR5929

Au total, un peu plus de 18 km parcourus.

Bien que ce cours d’eau nous offre sur les premiers km une variété de paysages et de conditions de navigations riches et variées, il nous faudra progresser avec plus ou moins d’adresse au travers de branchages et d’embâcles sur les 3/4 du parcours avec un courant faible voir neutre à certains endroits.

Cependant, son niveau d’eau beaucoup plus stable que le Séran nous permettra de planifier aisément d’autres sorties sans à avoir à scruter avec inquiétude les débits enregistrés de ce dernier.

Je ne vous en dit pas davantage, et vous invite à vous délecter du regard le résumé de cette sortie en vidéo.
Bon visionnage!

CORNETTO Yves

lyon urban kayak bugey sud tourisme logo-gumotex-mack-kayak-gonflableriver-eqipement

Vidéo: « Die Rhône »

J’ai l’honneur et le plaisir de vous proposer un extrait tiré d’un documentaire Allemand sur le Rhône « DIE RHÔNE ». Des prises de vues superbes du Rhône entre Fort l’Ecluse et Chanaz, en passant par Seyssel et le canal de Savières.

Pour les plus curieux d’entre vous, vous aurez la possibilité de visionner le documentaire complet ci dessous sur la chaîne allemande SWR:
https://www.ardmediathek.de/…/Y3JpZDovL3N3ci5kZS9hZXgvbzEx…/

Tout à commencé en Mai dernier lorsqu’une équipe de tournage (AlongMekong) a pris contact avec nous. La réalisation d’un documentaire complet sur le Rhône des Alpes Suisses à la Camargue, a permis à cette équipe de tomber par hasard sur notre blog.
Deux jours de tournage passionnants, mais également éprouvants. En effet, les vents exceptionnels particulièrement intenses nous ont contraint à stopper pour des raisons de sécurité une séance de prise de vues sur le secteur de Fort l’Ecluse. Malgré ce contre temps, ce fut une expérience hors du commun.
Je remercie Emmanuelle LAMBERT-WAGNER pour nous avoir fait confiance, mais également Rolf LAMBERT et son équipe de tournage composée d’André GÖTZMANN (caméra) et de Jens WILMS (prise de son).
Un énorme merci également à Yannick #alpinepaddle de m’avoir accompagné dans cette odyssée sur le Rhône.

Petite précision, c’est en Allemand 

GOPR3878

Liens à ne pas manquer:

Chaîne TV allemande SWR:
https://www.ardmediathek.de/…/Y3JpZDovL3N3ci5kZS9hZXgvbzEx…/

Site officiel de l’équipe de tournage:
https://www.alongmekong.com/

D’autres vidéos disponibles sur lien suivant:

https://kayakrhonelacs.com/videos/

le-seran-en-kayakdestination-montagnes

alongmekong-logo

swr-fernsehen1542208596957logos-swr-fernsehen-100_v-16x9402dm_-ad6791ade5eb8b5c935dd377130b903c4b5781d8

Retour d’expérience avec mon Safari

Bonjour à tous !

Comme promis, je reviens vers vous avec un nouveau compte rendu de mon expérience avec mon Gumotex Safari.

Avant de rentrer dans les détails, petit retour en arrière sur un revirement de situation quant à mon approche sur les Kayaks Gonflables. En effet, j’étais, il faut le dire assez fermé sur l’utilisation des gonflables, prétextant qu’ils étaient synonymes d’une pratique totalement amateur, débutant etc… Bref, le gros cliché du mec qui décide sur un coup de tête de se mettre au kayak et qui sans hésiter, cède à l’appel des sirènes d’une grande enseigne de sport connue de tous, proposant des KG à 300€ pour se lancer dans l’aventure.

Le « vrai » kayak à mes yeux, c’était plutôt un rigide aux lignes fines et épurées rappelant celles de leurs ancêtres groenlandais.

Je reste néanmoins fidèle à cette façon de penser, avec malgré tout quelques nuances et pas des moindres.

J’ai la chance d’habiter à proximité de belles petites rivières dont j’ai eu l’occasion en Juin dernier de faire les éloges de l’une d’entre elles : Le Séran.

Mais pour parcourir ces petits cours d’eau magiques, un kayak de mer n’est et ne sera clairement pas adapté.

Il me fallait trouver une alternative pour côtoyer de nouveaux spots. Cette interrogation donnera naissance à une relation nouvelle avec un autre bateau :

Le Gumotex Safari 330

1637

Je ne vais pas à nouveau présenter ce KG. J’invite, comme à l’accoutumée les plus curieux d’entre vous sur ce sujet à consulter un ancien article rédigé ici :

https://kayakrhonelacs.com/2019/07/21/vers-de-nouveaux-horizons/

Voilà maintenant quelques mois que je vis des choses incroyables avec ce bateau !

Tout d’abord, soyons francs. Même si sur le site officiel du fabriquant le Safari était présenté comme un kayak de randonnée, je dirais plutôt qu’il a surtout été conçu pour l’eau vive.

Après quelques essais sur le Rhône et le bassin de Yenne, nous avons décidé sans retenue d’aller affronter les eaux de la Durance. Une rivière idéale pour s’initier à l’eau vive. Avec un petit passage en classe III / IV (La vague du Rabioux).

Une expérience incroyable et superbe avec quelques petites gamelles mais sans gravité. On commence d’ailleurs à apprécier pleinement le côté peu encombrant du gonflable. Une fois rangés dans leurs sacs, leurs volumes minimisés nous permettra même de profiter d’une navette retour organisée par une équipe de rafting. Chose qui nous aurait été impossible si nous avions eu à transporter des rigides.

GPTempDownload-38

Un point tout de même qu’il ne faut pas négliger avec les gonflables, c’est le contrôle régulier de la pression d’air. En effet, en cas de fortes chaleurs, comme ce fut le cas cet été, la température ambiante élevée a pour effet de dilater l’air à l’intérieur des boudins. La pression augmentera rapidement au risque de faire éclater ce même boudin. Cela dit, ce risque est à prendre en considération que lorsque le kayak est à terre. Une fois sur l’eau, la température plus fraîche de cette dernière diminuera, voir supprimera significativement ce phénomène.

Dans le cas du Gumotex Safari 330, il existe plusieurs compartiments d’air.

  • Le plancher, qui lui est équipé d’une valve de surpression. Aucuns soucis de dilatation d’air. L’excédent s’échappera par cette même valve.
  • Les 2 boudins latéraux quant à eux devront être régulièrement contrôlés une fois à terre en faisant chuter légèrement la pression afin d’anticiper au mieux le phénomène de dilatation d’air.
  • Le siège et les cales pieds devront eux aussi être contrôlés avec davantage de vigilance étant donné que même lorsque le kayak est sur l’eau, ceux ci ne sont pas en contact direct et ne se refroidiront pas aussi efficacement que le reste du bateau.

Des opérations qui peuvent en théorie en rebuter certains, mais avec la pratique, ce sont des automatismes qui s’acquièrent rapidement sans contraintes particulières. Et de plus, ces opérations ne se feront que dans les mois les plus chauds (Juillet Août) ou en cas de canicule. Le reste de l’année, pas d’inquiétude à avoir.

Voilà pour le « petit » côté obscur du Safari, qui de toute façon s’appliquera à n’importe quel KG de toutes marques.

J’avais survolé rapidement les accessoires fournis avec le bateau lors de ma séance « unboxing » proposée dans l’article suivant :

https://kayakrhonelacs.com/2019/07/21/vers-de-nouveaux-horizons/

GPTempDownload-12

Concernant la dérive, je ne m’étalerai pas davantage pour diverses raisons. Elle peut être très pratique pour rendre le kayak directeur et s’économiser ainsi de mouvements de pagaie supplémentaires, synonyme d’un vrai supplice pour le kayakiste débutant désireux de remettre son bateau dans le « droit chemin ». Dans le cas de notre utilisation en eaux vives, je déconseille fortement de monter cette dérive. Le kayak dans ces eaux tumultueuses aura besoin d’être réactif et manœuvrable, mais surtout, si la hauteur d’eau est faible, cette même dérive accrochera au risque d’arracher le fond du bateau.

5144043_003

Nous n’avons, et ce, malgré avoir raclé le fond des rivières et accroché quelques branchages, toujours pas eu recours au kit de réparation fourni avec le Safari.

gumotex_kit_reparation_nitrilon_red_13_07_2015_14_49_29

Le petit embout de gonflage nous est pour l’instant d’aucune utilité. En effet, la K-Pump K100 et son adaptateur caoutchouc remplie pleinement sa fonction. De plus elle est rapide et facile à mettre en œuvre. Seul petit bémol, être rigoureux sur l’inclinaison de cette dernière quant au gonflage des boudins latéraux. L’espace plus restreint nous obligera à tenir fermement la partie avant de la pompe afin que l’embout ne se déboite pas de la valve pendant l’acheminement de l’air. Rien de bien méchant, mais il faut en être conscient au départ pour s’économiser d’un pompage fastidieux par la suite. Mais rien ne vous oblige à opter pour la K100. Une pompe classique raccordée à l’embout Gumotex fera parfaitement l’affaire sans contraintes particulières.

adaptateur_pour_valve_gumotex_push_push_2

61re9ubabbl._sl1500_

L’éponge fournie est vraiment pratique et permet, une fois le kayak partiellement séché, d’évacuer tout résiduel humide afin de le ranger et de le stocker dans les meilleures conditions.

Pour ce qui est de la pratique maintenant.

J’apprécie à mesure de mes sorties la facilité et la rapidité de préparation du kayak. En moins de 10 min. Oui, vous m’avez bien lu : Moins de 10 min, le siège, le cale-pied et les 3 compartiments principaux sont gonflés. Le Safari étant plus court que le Solar, le volume d’air est par conséquent diminué et donc plus rapide à acheminer. Pour optimiser ce temps de préparation, j’ai choisi de laisser les sangles cale-cuisses, le siège et le cale-pied solidaires du kayak.

Le sac étanche très pratique me permettra de garder mes affaires de rechange au sec. Je le range à l’arrière du bateau. Le filet en croisillons assurera un maintien sans failles du sac, même en cas de dessalage. Et pour davantage de fiabilité, j’attache également ce même sac à la poignée de portage arrière à l’aide d’un mousqueton.

GPTempDownload-172

Une fois à l’eau, c’est un véritable jouet d’une manœuvrabilité incroyable. Vif et réactif. On a beau être plus haut sur l’eau qu’avec un kayak de rivière rigide, la stabilité est au rendez-vous. Sa coque légèrement gironnée s’adapte à merveille dans les rapides de classe II/III. Dans ces mêmes rapides justement, lorsque les vagues éclaboussent la proue et remplissent l’intérieur du bateau, la quantité d’eau présente n’altère en rien la stabilité, et de plus, va s’évacuer rapidement au travers des trous auto-videurs situés sur les flancs du Safari. Le temps de vidange annoncé par le constructeur (moins de 20 secondes) est largement respecté.

GPTempDownload-167

Concernant le confort de navigation. Je reste toujours dans un programme de rivière et non de randonnée sur plusieurs heures comme j’ai l’habitude d’en faire en kayak de mer. Sur une descente de 2 ou 3 heures, je n’ai ressenti aucune courbature ni de mal de dos ou de crampes diverses. Le siège et plus particulièrement le dossier beaucoup plus volumineux que celui du Solar apporte un réel confort.

Malgré sa petite taille, ce bateau dispose de deux compartiments de rangements. J’ai déjà développé un peu plus haut celui situé à l’arrière très spacieux. On en aura un autre similaire avec également un filet en croisillons à l’avant. Beaucoup plus petit certes mais qui permettra d’attacher pourquoi pas un autre sac étanche afin de partir pour la journée. Je caresse l’espoir sous réserve de bien optimiser mon matériel, de pouvoir randonner avec ce kayak en rivière sur 2 ou 3 jours… A méditer…

Je me projette maintenant sur des sorties en quasi-autonomie côté logistique. L’idée serait de pouvoir (une fois la rivière descendue) revenir à mon point de départ à pieds et ce, avec le kayak rangé dans le sac.

Pas plus tard que la semaine dernière, j’ai profité des dernières pluies intenses et tant attendues pour pouvoir à nouveau naviguer sur le Séran et mettre en pratique ce concept.

Un débit généreux qui m’a permis par la même occasion d’appliquer les quelques bases d’eaux-vives acquises lors d’un stage de 2 jours au bassin de St Pierre de Bœuf encadré par Yannick VERICEL de Randovive. Je mets d’ailleurs ce compte rendu entre parenthèses pour justement prendre le temps de vous parler un peu d’eau vive. Je n’ai aucune prétention de vous faire la morale, mais sachez une chose :

La pratique en eau calme (lacs et rivières calmes), largement répandue, ne nécessite pas forcément de technique particulière pour peu que l’on sache nager et d’être équipé au minimum (gilet d’aide à la flottabilité, etc…). En effet, aucun mouvement parasite ne viendra gâcher votre progression sous réserve de naviguer dans de bonnes conditions météo (pas de vent, etc…). Rapidement vous allez prendre du plaisir et « progresser » à votre rythme.

La pratique en eaux-vives quant à elle ne s’improvise pas. Certains risques sont bien réels et une connaissance minimum est requise avant de s’engager dans une rivière quelle qu’elle soit. Je ne vais pas vous faire de cours ou remplacer un moniteur diplômé d’état. Juste souligner que si jamais vous souhaitez franchir le pas, passez par la case « formation ou stage ». Une journée ou deux vous apportera beaucoup et vous permettra de vous faire plaisir par la suite.

Le plaisir justement. Revenons-en au Séran, qui décidément n’a pas fini de me surprendre. Propulsé par ses 22m3/s j’ai pris un pied énorme à lire dans cette rivière et débusquer le moindre contre-courant me permettant de faire durer le plaisir dans les quelques rapides rencontrés. Le Safari est joueur, et l’envoyer dans ces vagues est un pur délice. J’ai enchaîné sur une semaine pas moins de 4 sorties.

C’est à l’issue de l’une d’entre elles justement que j’ai décidé de revenir à pieds avec mon matériel sur le dos. J’avais un parcours pédestre de 5 km à réaliser. Pour être franc avec vous, je pense sincèrement que c’est jouable avec seulement que le kayak dans le sac. Je dis bien « que le kayak ». Car oui, il faut bien l’avouer, dans un cas concret comme celui-ci, il faudra ajouter la pagaie, le casque, le gilet, mais également les affaires de rechange (chaussures, pantalon, etc…). Tout ce matériel mis bouts à bouts ajoutera un poids considérable à la charge totale. Et là clairement, le sac étanche n’est pas du tout adapté pour réaliser une telle distance, les bretelles sont standards, et au bout de 2 km, on ressentira rapidement des crampes au niveau des trapèzes. Il aurait été souhaitable pour ce type de pratique, d’avoir sur le sac étanche une sangle ventrale et quelques mousses confort sur les bretelles d’origine afin de mieux répartir la charge sur le corps. Mais bon. Disons que sur ce cas bien précis je pousse l’expérience un peu loin.

Pour aller plus loin justement dans ce retour d’expérience, j’ai, au cours de notre stage en eaux-vives acquis quelques repères me permettant de « comparer » le Safari à un kayak d’eaux-vives rigide. Sur ce dernier, le constat est sans appel. Le calage à l’intérieur de l’embarcation est d’une précision redoutable. Le moindre mouvement des hanches transmet directement les informations nécessaires au kayak pour gîter, manœuvrer, bref, on ressent pleinement cette symbiose avec notre embarcation.
Sur le Safari, le calage grâce aux sangles cale cuisses permet de nous « rapprocher » de cette précision sans pour autant l’égaler. Mais une fois de plus, là où ce KG tirera son épingle du jeu par rapport à son homologue rigide sera dans sa capacité à se remettre rapidement en piste à la suite d’un dessalage ou autre incident du même genre. En effet, là où un kayak rigide rempli d’eau, dont il faudra évacuer manuellement une quantité importante avoisinant un chiffre à 2 zéros, synonyme d’un poids énorme à tracter jusqu’à la berge, le Safari, de part ses trous auto-videurs, évacuera rapidement ce surplus d’eau sans que l’on ait le moindre effort à fournir.

Voilà donc mes premières impressions sur ce bateau fantastique. Je n’ai malheureusement pas réussi à synthétiser davantage ce ressenti au travers de cet article. Peut être ai-je égaré certains lecteurs qui auront préféré abandonner et ne pas connaître la suite. Pour les plus courageux, ou pourquoi pas, les plus passionnés, j’espère sincèrement que la lecture de ce compte rendu aura apporté quelques réponses à vos questions.

CORNETTO Yves

 

logo-gumotex-mack-kayak-gonflable 29663725_1793176060747034_459046473_n  river-eqipement