Le Séran & les Rousses

Le Séran,

Il prend sa source à Jalinard, hameau de la commune du Petit-Abergement, à 1 090 m d’altitude puis prend la direction sud. Il passe à Champagne-en-Valromey, Artemare et Ceyzérieu puis conflue dans le Vieux Rhône en passant par un siphon sous le Rhône canalisé, à Cressin-Rochefort, à 230 m d’altitude.

Source Wikipédia

Voilà maintenant plus de 4 ans que je n’ai pas eu l’occasion d’aller côtoyer cette rivière.
Un parcours d’environ 14 Km séparant la commune d’Artemare à Cressin-Rochefort.

Cet été, de part des conditions météo exceptionnelles, qui malheureusement, vont s’intensifier au fil des années, ce cours d’eau était à sec depuis le mois de Juillet.
Il doit sa renaissance aux intempéries de ces dernières semaines.

Yannick Vericel (Randovive) et Laurent Nicolet (River Equipement) prévoyaient justement de faire un parcours de reconnaissance sur le Séran pour la suite rédiger un topo sur www.lyonurbankayak.com

Habitant à 5 minutes du Séran, il m’était donc difficile de résister à leur proposition.
Rendez vous pris à 9h45 sur la commune de Cressin-Rocherfort où nous laisserons un véhicule pour la navette retour.
La mise à l’eau se fera juste avant le confluent du Séran et du Groin, à proximité du camping « Le Vaugrais » sur la commune d’Artemare.

La météo annonce des averses en fin de journée. Le ciel nuageux en cette matinée nous ferait presque croire que les précipitations prendraient de l’avance.
Par chance, les nuages se dissiperont petit à petit pour nous faire profiter de quelques éclaircies à la mi journée.

Pour cette sortie, je ferai entorse au précepte de mon blog, à savoir, « valoriser le kayak de mer rigide dans la région », pour troquer mon embarcation favorite aux gonflables de la gamme Gumotex, qui, pour ce type de parcours seront beaucoup plus adaptés.

Nous voilà donc à notre point de départ, gonflant nos kayaks et canoës. Mon compagnon de route sera le Gumotex Safari, bateau d’une longueur de 3,30m qui a déjà parcouru des rivières de classe IV.

1637

GOPR3069

Comme il fallait s’y attendre, il n’est pas très directeur, mais le côté positif est une maniabilité d’une redoutable précision. Un vrai petit jouet qui me séduira à mesure du déroulement de la journée.

Une fois la confluence avec le Groin franchie, nous ressentons vivement l’addition des deux débits qui sans même pagayer nous propulse à des vitesses frôlant les 10 km/h.

Au préalable, j’avais pris le soin d’incorporer sur mon GPS quelques balises et repérer ainsi un confluent avec le ruisseau « Les Rousses » dans l’espoir de remonter ce dernier.

Je propose cette option à mes compagnons qui acquiescent immédiatement.

Nous voilà donc rapidement dans les lieux tant convoités pour apercevoir ce cours d’eau d’une plénitude et d’une ambiance relaxante.
On quitte donc provisoirement le Séran pour aller explorer cette nouvelle trouvaille.

GOPR3120

A mesure de notre progression à contre courant, nous apercevons des panneaux sur notre droite indiquant la réserve naturelle des Marais de Lavours.

GOPR3135

Les intempéries de ces derniers jours ont permis de remplir abondamment les marais, et nous offrir un terrain de jeu incroyablement vaste. On s’échappe donc de ce cours d’eau, non pas en direction de la réserve, mais à l’opposé, explorant ainsi de nouveaux horizons et décors d’un autre monde. Et tout cela à deux pas de chez nous!!!

Notre ascension se terminera en contrebas de la commune de Béon. Le ruisseau continue un peu plus loin en amont, mais nous déciderons de faire une halte pour un petit apéro avant de faire demi tour.

Nous retrouvons à nouveau le Séran, toujours avec un débit vigoureux pour rejoindre rapidement le pont d’Aignoz, porte d’entrée de la réserve naturelle des Marais de Lavours.

GOPR3148

Yannick et Laurent en profitent pour faire une petite pause photo à proximité des sentiers sur pilotis pendant que je continue d’apprivoiser mon nouveau jouet en découvrant les joies et plaisirs de la rivière (qui jusqu’à présent m’étaient inconnues) en m’initiant entre stops, bacs, et reprises de courant.

Le soleil en cette saison commence à décliner rapidement. Il est temps de poursuivre notre route sur une partie du Séran beaucoup plus calme qu’en amont. Il faudra composer avec d’innombrables embâcles de branches et d’arbres morts, nous obligeant parfois à débarquer, traîner nos embarcation pour les remettre à l’eau en aval de chaque obstacle. Je suis surpris de la résistance à l’abrasion du matériau (nitrilon) de nos kayaks. Une robustesse à toute épreuve. Entre collision avec des branchages, frottement des coques sur le sol lors des portages… Même le kayak de Laurent avait accroché un hameçon sans que ce dernier ne perce la structure. Ma vision que j’avais des gonflables change petit à petit.

GOPR3153

Nous franchissons une succession de ponts et passerelles jusqu’à nous rendre à Cressin-Rochefort, terminus de notre parcours.

Le Séran se jette alors sous le canal du Rhône en passant par un siphon. La sortie se fait une centaine de mètres en amont.

Très belle expérience, tant sur la navigation, que l’essai de nouveaux bateaux, mais également d’échanges et de partages avec mes compagnons de route.

On fera durer ce moment de convivialité autour d’une bonne fondue avant de se séparer en se promettant de remettre ça.

CORNETTO Yves

river-eqipement

lyon urban kayak29663725_1793176060747034_459046473_n

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.