Destination Lyon Kayak: Etape Finale

Nous émergeons lentement d’une nuit plus fraîche que les précédentes, ce qui, contrairement à ce que l’on pourrait penser, n’a pas été pour nous déplaire. Je me remémore notre premier bivouac à la base nautique de Seyssel, juste avant notre départ, où les températures en ce mois de Septembre étaient largement au dessus des moyennes saisonnières. Résultat, un sommeil agité. Difficile de trouver la position idéale, me retournant sans cesse dans ma tente, ou plutôt dans cette étuve.

Randovive2018-DSC_0654

Mais cette fois ci, c’est un sommeil de plomb qui, malgré le ballet incessant des avions de ligne en provenance de St Exupéry n’a été en aucun cas perturbé. Nous avons été bercés toute la nuit par cette mélodie caractéristique du fleuve, reconnaissable parmi tant d’autres. Le courant, en sortie du barrage de Jons, se propageait au travers des roches et galets. Ces mêmes galets séparant les flots, composaient malgré eux cette douce musique aquatique ininterrompue, régulière et douce à la fois. Ce mélange sonore relaxant alimenta nos songes jusqu’au réveil.

Randovive2018-DSC_0651 (Copie en conflit de Yannick VERICEL 2018-10-02)

7h00…

A l’aube de chaque fin de périple, c’est toujours la même association paradoxale de deux sentiments radicalement opposés qui prend place.

La joie d’atteindre dans quelques heures notre objectif, mais également la nostalgie des journées précédentes. Cette symbiose va graviter sans cesse à l’intérieur même de notre esprit et le faire tanguer entre euphorie et mélancolie. Cet équilibre précaire nous rappelle étrangement celui de nos embarcations que l’on doit maintenir à flot à mesure de notre progression.

FullSizeRender

Car oui, le kayak, à défaut d’être un sport, est à mes yeux une philosophie de vie.

On avance, comme on avancerait dans la vie avec ce même équilibre. Précaire, comme je viens de le citer, mais également fragile, qui à tout moment, pour une raison soudaine, peut tout faire basculer.
Ce sport nous fait comprendre aussi que dans ce monde et cet univers complexe, nous ne sommes que peu de choses, voir à l’échelle temporelle de l’évolution: Rien du tout.

Le petit déjeuner engloutit, nous voilà impatients d’aller taquiner le Rhône. Il continue de nous jouer de ces flots, sa même mélodie perpétuelle, exerçant son pouvoir d’attraction, nous invitant à le rejoindre sans plus attendre.

FullSizeRender-48

La journée promet d’être merveilleuse.

Une fenêtre météo généreuse.

Yannick, en plus de nous avoir offert un bivouac aux petits oignons, nous servira de guide jusqu’à Lyon. Une situation privilégiée dont on profitera au maximum en se régalant de ses connaissances, tout au long du parcours.

Lionel et Yannick embarquent en premiers.
Mes jambes à peine entrées dans l’hiloire que je manque de me faire engloutir par une vague de travers, coincé par un rocher à l’opposé. Rien de très grave, juste quitte pour une petite douche fraiche sur le bas du corps. Je m’extrais de cette situation délicate et me laisse porter par un courant bienfaisant à mesure que j’écope le peu d’eau à l’intérieur de mon kayak.

Randovive2018-DSC_0673 (Copie en conflit de Yannick VERICEL 2018-10-02)

Nous voilà tous les trois, à voguer vers notre destination finale.

Malgré l’ambiance semi industrielle et urbaine, cette portion du fleuve reste néanmoins bucolique à souhaits. Je suis surpris dans cette proximité avec la ville de Lyon, que peu de monde ai l’audace de venir profiter de cette poésie. Et après réflexion, c’est tant mieux. Je n’ose même pas imaginer voir une foule de kayaks bloqués les uns contre les autres comme cela peut être le cas sur l’Ardèche en période estivale.

Le Rhône par le passé, bien avant d’être dompté par l’homme, était redouté de tous. En période de crue, sa puissance dévastatrice avait raison de tout sur son passage. Malgré les aménagements récents, en cas de fortes pluies, il n’en reste pas moins menaçant. Les derniers épisodes de crues marquèrent les esprits à jamais.
Les gens gardent en tête cette image spectrale du fleuve. De génération en génération, cette peur s’est transmise et installée dans le temps:  « ne jamais trop s’approcher des rives sous peine de se faire emporter ». Un message relayé encore de nos jours.
Voilà pourquoi nous ne rencontrons (excepté les randos organisées essentiellement via notre forum) que peu de monde.

Et pourtant…

Au fil des sorties effectuées sur ses flots, le Rhône est à mes yeux un élément vivant avec une âme, dont il faut prendre le temps de connaître et de l’apprivoiser. Il peut être doux, affectueux, comme se montrer colérique voir impitoyable. Je m’aperçois avec désarroi, qu’il devient aussi fragile avec le temps. Les conditions climatiques instables, mais surtout les dernières sécheresses à répétition, l’affaiblissent. Son glacier principal en Suisse (Rhonegletscher) fond à vue d’oeil. Il m’arrive même d’entendre certaines rumeurs sur une éventuelle disparition du fleuve dans les cinquante prochaines années.

FullSizeRender-8

Le temps de cette réflexion et nous voilà au contact de nos premiers congénères de la journée. En effet, pêcheurs et chasseurs occupent progressivement les lieux. On se regarde, échangeant un petit signe de la main en guise de « bonjour » pour la forme avant de poursuivre notre route. Difficile de penser qu’hier encore nous arrivions à naviguer pratiquement toute la journée sans croiser personne. Nous sommes désormais contraints de cohabiter avec nos semblables.

Randovive2018-DSC_0685 (Copie en conflit de Yannick VERICEL 2018-10-02)

Un petit grondement se fait entendre. Nous approchons du « Seuil des petits chevaux », synonyme de portage. Mais comme l’année dernière, on utilisera la technique de la cordelle pour passer ce seuil en s’économisant du moindre effort.

Quelques centaines de mètres en aval, on commence à voir au loin Lyon se dessiner timidement. Nous apercevons même un édifice qui trône au dessus de tout.

Randovive2018-DSC_0707

Intrigué par cette architecture, Lionel aura le malheur de poser naïvement la question qui fera l’effet d’une bombe auprès de notre guide:

« Yannick, sais tu ce que c’est que cette chapelle là haut? »

N’étant pas certain non plus, je tente une réponse avec pudeur:

« Je ne suis pas sûr, mais je pense que c’est la basilique de Fourvière. »

Un silence gênant règne quelques secondes. Yannick, à l’affut dans son canoë s’apprêtait justement à saisir un cliché de la basilique. Il déclenche son boitier avant de le laisser retomber avec désarroi sur son torse. Retenu par ses sangles, ce même boitier pendait comme à son habitude à son cou, à la différence près que l’ambiance générée subitement laissait penser qu’il avait prit d’avantage de poids pour peser plus d’une tonne. Un poids comparable à la lourdeur de la question formulée par Lionel.
La plupart des personnes à notre place auraient reconnu instantanément Fourvière, mais ce n’était visiblement pas notre cas.
L’affront qu’on venait de faire subir à la population Lyonnaise et plus particulièrement à notre hôte, était comparable à la Tour Eiffel qu’on aurait pu par maladresse confondre avec une simple antenne relais.
Ne sachant si il devait en rire ou en pleurer Yannick formula avec humour la phrase suivante:

« Vous pouvez me la refaire? Je vous filme et je balance ça sur Youtube. Ca fera un buzz énorme ! Pensez à descendre de temps en temps de vos montagnes les bouseux! »

L’issue de cette phrase nous fera percuter sur l’énorme boulette que nous venons de faire.
C’est alors qu’un fou rire accompagné de larmes s’empare de nous. Ce genre de rire, tellement intense qu’il contracte notre abdomen. Nous peinons à reprendre notre souffle devant tant d’hilarité.

Randovive2018-DSC_0715 (Copie en conflit de Yannick VERICEL 2018-10-02)

Un grondement encore plus intense que le seuil des petits chevaux stoppera net ce moment convivial.

Feyssine approche.

Si le Rhône devait être une entité vivante, je dirais morphologiquement que sa gueule se situerai à Feyssine. La jonction entre le canal que nous empruntons et celui de Jonage se fait justement en amont du seuil. Deux langues immenses sortent de cette union. L’une d’entre elle communément appelée « Hawaï sur Rhône » est un spot de rodéo prisé par les surfeurs locaux et les kayakistes de freestyle désireux de venir se mesurer au Rhône.

Juste avant de rejoindre le seuil, nous franchissons quelques rapides. Petite mise en bouche avant  le spectacle grandiose qui nous attend.

Randovive2018-DSC_0712 (Copie en conflit de Yannick VERICEL 2018-10-02)

Nous apprécions pleinement la présence de notre guide qui nous fera vivre un moment incroyablement riche et intense avec le Rhône. Il nous invite à le suivre sans plus attendre.

FullSizeRender-16

Se rapprochant au plus près de la gueule du monstre grondant comme jamais. A mesure de notre progression, je sens quelques projections de l’écume générée par les remous du fleuve sur mon visage. L’objectif est simple. Yannick nous fait comprendre qu’il faudra passer ce seuil à la cordelle. Lionel est inquiet et montre quelques signes de stress. Comme je le comprend. Je ressens également ce stress, mais le fait d’être aussi près de cet endroit incroyable me met en ébullition.

FullSizeRender-20

On s’approche du seuil rive gauche pour débarquer au plus près de la langue. Yannick nous aidera à acheminer les kayaks en aval. Avant d’embarquer nous faisons une pause dans cet endroit privilégié où peu de monde n’ose s’aventurer. On est là, nouant à nouveau une relation intime avec le Rhône. Etre si près de lui… Nous sommes comme des dompteurs en plein spectacle avec leurs félins. Le risque d’attaque est énorme et pourtant, ils travaillent sur cette relation de confiance et de respect avec ces prédateurs.

FullSizeRender-26

Je laisse mes compagnons déguster quelques figues en ces lieux, préférant rester dans la gueule du monstre, et sentir cette force incroyable et herculéenne à quelques centimètres de mes pieds. Un pas de plus et je pourrais me fais avaler. Contempler ce spectacle grandiose dont seul le Rhône à le secret force le respect.

On embarque pour rejoindre quelques centaines de mètres plus bas un îlot de galets tombant à point pour notre pause repas.

Randovive2018-DSC_0741 (Copie en conflit de Yannick VERICEL 2018-10-02)

Encore un autre avantage du kayak, et pas des moindres. Sur les berges de part et d’autre du fleuve, grouillent joggeurs, cyclistes, mais également quelques promeneurs lambdas. Certains d’entre eux s’arrêtent, nous observant de loin avec curiosité. Malgré le bruit ambiant (voitures, etc…) et la masse abondante de nos congénères, nous sommes curieusement au calme, sur cet îlot, protégés de tout ce vacarme.

Je déplie ma tente pour la faire sécher comme à l’accoutumée. J’avais pour habitude de la sceller ou de l’attacher à mon kayak. J’ai oublié ce dernier point crucial, et le temps de m’en rendre compte, une petite rafale l’arrache du sol pour la balancer dans le Rhône. Yannick se hâte pour l’attraper, mais me voyant aussi réactif pour venir la récupérer, préfèrera saisir son appareil et immortaliser ce gag imprévu.

IMG_4244

Cette fois ça y est!

Lyon est bientôt à nous.

La largeur du fleuve en aval de Feyssine va maintenant se resserrer comme pour annoncer notre arrivée imminente. Je troque mon T-Shirt à manches longues contre un autre, anti UV à manches courtes. Le soleil qui initialement me réchauffait légèrement le visage ce matin commence sérieusement à cogner.

Pour la quatrième fois, j’ai encore le privilège de parcourir la ville depuis le Rhône.

Cette traversée de Lyon, c’est un peu comme une récompense. Un symbole fort mais également un hommage à nos aïeuls qui dans les temps anciens ralliaient régulièrement nos montagnes à la ville lumière via le fleuve, acheminants divers matériaux comme par exemple la pierre blanche issue des carrières en amont de Seyssel. Le Haut Rhône, qui a commencé à se métamorphoser à hauteur de Serrières de Briord achèvera définitivement sa transformation lorsqu’il rejoindra la Saône au sud. Il deviendra large, plat, industriel et commercial.

Les derniers coups de pagaie sont timides. Toujours cette même hésitation palpable, semblable à celle que l’on a tous plus ou moins ressenti lors d’un premier rendez vous galant. Notre rythme vigoureux et intense de ces premières journées passées sur le Rhône se relâche progressivement. On aimerait pouvoir avancer avec un contrôle total sur le temps qui passe. Avoir la faculté de “rembobiner” notre aventure pour la revivre indéfiniment.

Les piles massives du Pont Raymond Poincaré vont nous ouvrir malgré elles les portes de Lyon.

FullSizeRender-33

L’ambiance est similaire à celle d’une salle de spectacle lorsque les deux rideaux en velours d’un rouge somptueux s’écartent progressivement.

FullSizeRender-35

La passerelle de la paix fera son entrée pour nous présenter rive gauche la cité internationale. Reconnaissable à ses murs d’un mélange marron orangé au dessus desquels trônent des arcs de verre les protégeant de moitié.

D’autres ponts défileront les uns après les autres devant nos yeux, nous révélant une fois franchis divers mélanges d’architectures pour la plupart romanesques propres à la ville. Nombreux sont les édifices que nous croiserons, mais les principaux retiennent toujours notre attention:

L’ancien hôpital de Lyon rive droite, transformé suite à de travaux importants en un hôtel somptueux avec un nouveau nom qui n’a d’égal que sa taille gigantesque et imposante:

Grand Hôtel Dieu”. Rien que ça…

Mais aussi, juste après avoir franchi le pont de la Guillotière: Le “Centre Nautique Tony Bertrand” (nommé auparavant “Centre Nautique du Rhône”, ou alors “Piscine du Rhône”), reconnaissable à ses quatre tours en forme de champignons hauts sur pieds.

FullSizeRender-52

Le franchissement de chaque pont est un moment unique. Comme pour les édifices, ils sont nombreux mais certains d’entre eux sortent du lot comme le pont Lafayette mais également celui de l’Université.

Yannick ayant un impératif nous laissera finir notre périple juste après le pont de la Guillotière.

Nous le remercions mille fois d’avoir pris sur son temps et de nous avoir fait partager toutes les richesses de son territoire.

FullSizeRender-2

Une étrange sensation que je qualifierai de spirituelle m’envahit lors de cette traversée. J’avais jusqu’à présent beaucoup de mal à mettre des mots sur ce ressenti qui m’habite à chaque fois que nous parcourions Lyon en kayak. Sur un plan purement physique, nous sommes en dessous de tout. Lorsque nous élevons notre tête, c’est pour apercevoir les choses à contre plongée. Tout nous domine de haut… On pourrait penser que la ville, ses habitants et son architecture nous écraseraient comme de vulgaires insectes. Le bruit ambiant, la pollution… Bref, tout ce cocktail propre aux grandes agglomérations devrait normalement nous oppresser.

Mais curieusement, c’est le phénomène inverse qui se produit à chaque passage. Nous sommes comme happés dans un miroir, inversant par la même occasion tout cet univers rationnel pour nous ouvrir les portes d’une sorte de nirvana. Protégés par le Rhône, on s’élève au dessus de cette affluence. Imperméables à toute agression extérieure. Nous sommes comme transcendés.

D’un naturel à détester et à fuir les grandes villes, la foule, Lionel et moi même partageons ce sentiment étrange qui pourrait presque nous réconcilier avec le monde urbain.

Mais il va falloir redescendre de notre nuage. Le Pont Pasteur se disputant la place au premier plan avec le Pont Raymond Barre juste derrière, avec en toile de fond le Musée des Confluences, sonneront la fin de notre périple. Le courant se stabilise pour devenir quasi nul. Stoppé avec celui de la Saône par le barrage Pierre Bénite, nous sommes désormais sur la retenue d’eau.

FullSizeRender-43

A la pointe de la confluence, c’est avec le coeur serré qu’il nous faudra tourner le dos au Rhône pour rejoindre la Saône et l’événement Lyon Kayak qui vient de débuter au Port de Confluence.

FullSizeRender-45

Lyon Kayak.

Evénement incontournable qui a fait germer cette idée de descendre le Rhône pour le rejoindre.

Peu importe notre place le lendemain dans le classement de la course. Nous avons gagné quelque chose d’inestimable. Je pensais avec prétention tout connaître de ce fleuve, mais je m’aperçois qu’il nous réserve encore de nouvelles surprises.

FullSizeRender-36

Il a beau matérialiser la frontière séparant l’Ain des deux Savoies, de l’Isère et bien d’autres départements jusqu’à la mer, le Rhône à ce pouvoir d’attraction qui lui est propre, et permet de nous rassembler nous autres kayakistes, créer des liens et bien plus encore.

D’autres projets fous commencent à germer dans notre têtes.

Et pourquoi pas la prochaine fois tenter un Seyssel Lyon en kayak sur 2 jours???

On vous tiendra au courant 😉

CORNETTO Yves

lyon urban kayak       29663725_1793176060747034_459046473_n 

Une réflexion sur « Destination Lyon Kayak: Etape Finale »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.