Archives du mot-clé Kayak

[photos] La Reserve du Haut Rhône

Dimanche 7 Mars 2021.

Toujours sous le spectre du couvre feu imposé pour lutter contre le COVID qui désormais, prend de plus en plus de place dans notre mémoire collective, nous décidons malgré tout de contre attaquer et de proposer aux protagonistes les plus proches géographiquement une nouvelle édition « Fondus de Kayak ».

On laissera de côté le lac du Bourget et le confort de la grotte de Raphaël. En effet, le plafond de pierre qui jusqu’à présent nous protégeait des intempéries, commence à s’effriter et quelques blocs gisent au sol, témoignant par leur seule présence de potentielles chutes de pierres à venir, nous incitera à trouver un autre spot de navigation.

On jettera notre dévolu sur la réserve du Haut Rhône entre le déversoir de Champagneux et le pont d’Evieu (et non « des vieux ») pour nous perdre dans ce labyrinthe parsemé de lônes. Bref, ça c’était la théorie car une fois sur place, il nous faudra composer avec une hauteur d’eau minime qui nous contraindra à rester sur le lit principal.

Mais c’était sans compter sur cette superbe équipe conviviale avec qui nous avons, une fois de plus partagé une bonne fondue crémeuse, résultant d’un mélange savoureux entre le gruyère Suisse et le Vacherin Fribourgeois.

Bon visionnage

[photos] Le lac d’Aiguebelette en kayak

Dimanche 21 Février 2021.

Voilà maintenant quelques jours que la météo nous gâte avec des températures en dessus des moyennes de saison.

Par conséquent, peu d’eau dans les rivières mais qu’importe, nous en profiterons pour ressortir les kayaks de mer et rendre visite au lac d’Aiguebelette qui nous offrira un univers brumeux en ce début de journée ,avec des couleurs incroyables et par la suite un soleil doux et généreux chassera cette brume pour révéler un arrière plan d’un bleu éclatant.

Bon visionnage

[photos] Le Séran, les Rousses et le Petit Vouard

Couvre feu à 18h00, confinement repoussé mais malgré tout présent dans nos têtes, sournois, prêt à bondir sans crier gare.

Autant d’incertitudes qui nous poussent à préférer des sorties de proximité plutôt que d’aller explorer des contrées lointaines.

Retour en photo sur une odyssée Bugiste entre le Séran, les Rousses, et le Petit Vouard, accompagné de la team « LyonUrbanKayak » et « River Equipement ».

Bon visionnage

[ARTICLE] Rétrospective 2020

Il est désormais de coutume de faire à nouveau, un bilan sur l’année écoulée comme je le fais depuis bientôt 3 ans sur le blog.

Cette année 2020, comme vous l’aurez certainement compris, aura laissé à nous autres kayakistes, un léger goût amer d’inachevé et pour cause… La faute à 5 lettres en capitales suivies de 2 chiffres dont je ne prendrai plus la peine de citer, qui auront marqué au fer rouge toute l’année écoulée, et très certainement celle(s) à venir.

Tout avait pourtant si bien commencé.

Les pluies abondantes de ce début d’année nous avaient encore permis d’aller jouer avec un Séran généreux. La proximité privilégiée avec cette rivière et la présence de nouveaux kayakistes du Bugey, allaient agir comme un aimant, et nous fédérer comme jamais autour de notre passion commune.

L’essai a même été transformé en Février dernier, autour de ce concept réunissant de plus en plus d’adeptes: « Fondus de Kayak ». Dix Sept kayakistes avaient répondu à l’appel. Un même appel qui d’ailleurs résonnera au delà de nos frontières avec la présence de pratiquants originaires des pays voisins. Une osmose parfaite de convivialité et de bonnes choses en perspectives pour cette année 2020.

Fondus de kayak 2020

En parallèle au Séran, nous avions même eu le privilège en fin de journée, pendant cette période de « vigilance inondations », d’aller naviguer au coeur des Marais de Lavours dans un univers presque irréel accompagné d’une lumière magnifique aux couleurs flirtant entre chien et loup.

Une année prometteuse commençait à prendre forme en cette fin Février, et ce, malgré les actualités anxiogènes qui elles aussi, commençaient à grignoter sournoisement nos modes de vie. Je me souviens des premières images diffusées au 20h00. Les capitales des pays voisins qui jadis étaient noires de monde, portaient désormais la trace d’un silence et d’un vide absolu. 

Naïvement, je mettais ça sur le compte de contenus médiatiques nauséabonds qui avaient pour seul objectif, se vendre en masse et engraisser les journalistes, au détriment d’autres actualités.

De façon exponentielle, ce désastre sanitaire viendra frapper aux portes de nos frontières et les premières décisions drastiques pour palier à la situation, commenceront à prendre forme.

Nous profiterons d’une dernière sortie sur une rivière magnifique, « La Valouse », juste avant que le mot « Confinement » ne fasse partie intégrante de notre vocabulaire.

La Valouse

Un des projets emblématiques de cette année 2020: Le tour de l’île d’Elbe en kayak, prévu initialement au mois de Mai, en paiera le prix fort et sera tout simplement annulé.

Néanmoins, plutôt que de me morfondre pendant cette période de confinement, j’ai décidé de mettre à profit tout ce temps disponible, cloitré à mon domicile pour vous proposer la lecture des 2 premiers tomes (A l’assaut du Fort Boyard, et le Pertuis de Maumusson) d’une trilogie Oléronaise, relatant ces moments forts passés sur l’eau pendant l’été 2019.

A l’assaut du Fort Boyard

Le Pertuis de Maumusson

Nous retrouverons le Séran à la fin du confinement juste avant que ce dernier ne commence à manquer d’eau pour finir à sec pendant la période estivale.

Le confinement a eu également pour effet d’inciter les non initiés à goûter aux joie des sports outdoors, et le résultat allait s’en faire ressentir. Le lac du Bourget qui, sur la période Mai/Juin nous était encore accessible, portait maintenant les couleurs maussades identiques à celles d’un parc d’attraction plein à craquer, débordant de nuisances sonores, d’incivilités, et d’un public en masse venu principalement « consommer ». Ils étaient facilement repérables, à bord bien souvent d’embarcations inadaptées, en plein milieu du lac, sans gilets, bouteilles et clopes à la main, avec cette enceinte bluetooth crachant inlassablement cette musique nauséabonde qui en temps normal était diffusée en discothèque et qui à mes yeux, est complètement incompatible avec notre mode de navigation.

J’éviterai donc au maximum sur cette année 2020 d’aller tremper la pagaie aux lacs de la région, privilégiant mon ami de toujours, le Rhône. 

Nous organiserons sur ce dernier, avec notre confrérie de kayakistes grandissant à vue d’oeil, plusieurs sorties, et principalement sur le tronçon « Chanaz / Yenne », reconnaissable à ses deux seuils « Fournier » & « Lucey » pour quelques sessions d’adrénaline.

Et en parlant d’adrénaline, le deuxième semestre de cette année pourtant chaotique, sera consacrée principalement à la navigation en rivière. Très vite, les choses se mettent en place avec un entraînement hebdomadaire régulier et un calendrier de sorties avec 2 jours passés sur la Durance en Hautes Alpes.

La manifestation « Rhôn’Ô Lac » prévue pour Octobre, dont j’avais fait les éloges l’année précédente, ne sera pas non plus épargnée par la crise sanitaire. Comme tous les événements officiels rassemblant du monde, à la veille d’un deuxième confinement, elle va être balayée d’un revers de la main, anéantissant ainsi tous les efforts herculéens qu’avaient déployés les bénévoles pour mettre sur pieds ce rassemblement pourtant prometteur. Fort heureusement, c’était sans compter sur une poignée de kayakistes irréductibles issue pour la plupart du Forum-kayak, décidée coûte que coûte à faire honneur à ces deux dates prévues depuis des lustres sur leur agenda. Nous improviserons une « Rhôn’Ô Lac » en mode « Off » avec au programme, une navigation sur le canal du Rhône et le Lac du Bourget avec pour le lendemain une nouvelle virée sur le lac, ou alors, pour les plus fous d’entre nous, une sortie mémorable sur le Séran qui, avec les dernières pluies torrentielles, avait retrouvé toute sa force et sa vigueur. J’en profite également pour remercier chaleureusement Yvan pour son soutient logistique, sa bonne humeur et son énergie positive!!!!

On terminera l’année pour officialiser notre confrérie de kayakistes, pour la plupart Bugistes, sous un nouvel étendard « Les Pagayeurs du Séran ».

La dernière sortie de l’année se fera justement bar le biais de notre groupe nouvellement nommé, sur une rivière que l’on avait jusqu’à présent jamais explorée: Le Chéran.

Le Chéran

Profitant des derniers débits offerts, mais également des derniers instants « libres » avant de nouvelles restrictions à venir liées une fois de plus à cette crise sanitaire, nous descendrons la rivière en mode « givrés » entre Alby/Chéran et Rumilly, accompagnés par des températures proches des -3°c.

L’année se termine donc avec, comme cité en préambule à cette rétrospective, « un léger goût amer d’inachevé ». Mais gardons le positif de ce qui a pu être fait, et recentrons nous maintenant vers l’avenir.

L’avenir…

Même si avec la crise sanitaire, il nous est difficile de nous projeter sur des projets à long terme, je croise les doigts pour que l’un de ceux-ci prévu pour Mai 2021, préparé depuis quelques années maintenant, puisse voir le jour.

Je n’en suis pas à l’origine mais j’aurai l’honneur et le privilège d’assurer une partie logistique de ce dernier, et de partager avec le protagoniste principal quelques étapes clés.

Je ne vous en dit pas d’avantage, mais vous promet de revenir sur ce projet titanesque prochainement.

Je vous souhaite donc de très bonnes fêtes de fin d’année, et vous donne rendez vous sur l’eau en 2021!!!!

CORNETTO Yves

[photos] Le Chéran (Alby/Chéran > Rumilly)

Aujourd’hui, nous quittons nos contrées du Bugey pour rendre visite à nos voisins de la Haute Savoie, pour découvrir leurs rivières magnifiques. Malgré les températures négatives aux alentours des -3°c qui ne décolleront guère plus dans la journée, nous avons jeté notre dévolu sur le Chéran entre Alby/Chéran et Rumilly.

Bon visionnage!!!